Venez discuter sur le FORUM ORTHOGESTION

mercredi 25 mars 2009

SCPI, valeur refuge pour tous ?




Il y a un mois et demi, je vous donnais des nouvelles d'un de mes placements préférés : les SCPI. Pour les nouveaux lecteurs, je rappellerai les sociétés civiles de placement immobilier sont des regroupements d'associés qui se mettent ensemble pour acheter des biens immobiliers (habitations, murs de bureaux ou de commerces). Ils laissent une société de gestion s'occuper de tout à leur place.

Je rappelle aussi qu'on peut acheter des parts de SCPI à crédit, contrairement aux placements en assurance-vie ou à la bourse. Cela permet de bénéficier d'un effet de levier (voir ici) qui vous donnera une plus grosse somme à la sortie, pour un même effort d'épargne mensuel. On peut faire cela, même en début de carrière, en empruntant des sommes "relativement faibles" : quelques milliers d'euros.

Second point fort des SCPI, dont j'ai parlé le 6 février : elles n'ont pas le droit d'acheter elles-mêmes à crédit. En ces temps de frilosité bancaire, une personne qui vend un bien et signe un compromis de vente n'est jamais sûre que l'acheteur obtiendra son crédit. Donc quand elle voit arriver une SCPI qui achète cash, elle est plus prompte à négocier. Cela permet en ce moment aux SCPI d'acheter moins cher, donc de dégager de bons rendements locatifs pour leurs associés.

Troisième gros avantage à l'heure actuelle, sur lequel je n'ai pas insisté jusqu'alors : les SCPI ne sont pas cotées en bourse. La valeur des parts correspond à l'estimation de leur parc immobilier. Certaines SCPI ont vu le prix des parts baisser en 2008 et depuis 2009, mais pas dans les proportions du CAC 40. Regardez les courbes de quelques SCPI connues (enfin, connues dans le microcosme des possesseurs de parts) :

  • PF1 : ici
  • PF2 : ici
  • Immorente : ici (courbe d'un calme olympien)
  • Buroboutic : ici

Certains commencent donc à voir les SCPI (et d'ailleurs dans l'immobilier en général) comme une valeur refuge, tant qu'on ne retrouve pas de visibilité économique. J'ai lu cela plusieurs fois ce mois-ci, dans la presse économique. Le raisonnement est le même que pour l'or, qui a tant monté depuis le début de la crise des subprimes. L'immobilier a moins baissé que la bourse et surtout, quand on en achète, on possède un bien nettement plus tangible que l'action d'une entreprise qui peut faire faillite (y compris un mastodonte comme General Motors). Les possesseurs de parts de SCPI savent ce qu'ils possèdent : la société de gestion les tient régulièrement informés des achats et des ventes de locaux.

Je terminerai cet article de veille économique en mentionnant l'existence prochaine et certaine des SCPI défiscalisantes utilisant le nouveau dispositif Scellier. J'y reviendrai : il faut d'abord que j'explique ce qu'est l'attirante loi Scellier, qui permet même aux ménages peu imposés d'accéder à la défiscalisation immobilière. Et je sais qu'il existe parmi vous des gens peu imposés : ici, ce n'est pas un blog bling-bling ;-)

Voici aussi de quoi approfondir votre réflexion :

http://www.pierrepapier.fr/pierrepapier/index.nsf/wdif/9C7B363A6E?opendocument

http://www.pierrepapier.fr/pierrepapier/index.nsf/wdif/156509A174?opendocument

http://www.lesechos.fr/patrimoine/immobilier/300321456-logement---bientot-des-scpi--scellier-.htm

Si vous voulez des détails concrets sur la manière d'acheter des parts de SCPI, n'hésitez pas à me poser des questions en commentaire ou par email.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Bonjour, je voulais juste vous dire que je lis votre blog avec grand intérêt quasiment tous les jours. Il n'existe, à ma connaissance, aucun équivalent sur la toile... Je peux voir que vous passez beaucoup de temps à l'alimenter et ceci régulièrement, pour notre plus grand plaisir. Alors un grand merci et mes encouragements ! Bon week end !