Venez discuter sur le FORUM ORTHOGESTION

mardi 21 décembre 2010

La CARPIMKO fait ses comptes






Vous avez tous reçu le bulletin de la CARPIMKO, ce mois-ci. Si vous ne l'avez pas remisé illico presto (je le faisais quand j'étais jeune et imprudent), vous aurez constaté que le président de la caisse n'est plus le même. Il s'agit à présent de M. Pascal Leblanc, infirmier, ancien secrétaire général. Le moins que l'on puisse dire, c'est que son éditorial détonne par rapport à ce que nous pouvions lire auparavant. Il adopte un ton revendicatif, très syndical, se plaçant d'emblée de notre côté face aux autorités de tutelle. Malheureusement, il décrit une situation désespérante : la CARPIMKO apparaît sans pouvoir, déboutée de toutes ses demandes et soumise à des exigences ubuesques. Deux exemples édifiants :
  • Notre régime retraite de base est en équilibre financier, mais près des DEUX TIERS de nos cotisations partent dans les gouffres financiers d'autres caisses de retraites !
  • Nous aurions dû faire l'objet d'une nouvelle ponction en cette fin d'année, concernant le régime de retraite des praticiens conventionnés. La CARPIMKO n'est techniquement pas en mesure de la calculer. L'Etat le sait mais ne répond pas à aux questions de la caisse. Ce n'est que partie remise, rassurons-nous : on nous ponctionnera..
Dans le détail des comptes de la caisse, on retiendra quelques chiffres intéressants :
  • En 2009, la CARPIMKO a versé 320 millions d'euros de pensions de retraite, mais elle a encaissé 611 millions d'euros de cotisations. Presque le double ! Nous ne cotisons donc pas exclusivement pour nos anciens, contrairement à ce que la sacro-sainte retraite par répartition pourrait nous laisser croire.
  • Avec une telle différence entre cotisations et pensions versées, on pourrait espérer que la caisse puisse constituer un trésor de guerre pour les années à venir, où les départs en retraite seront importants. C'est le cas pour le régime complémentaire, qui a 11 ans de réserves d'avance. Mais le régime des praticiens conventionnés (ou ASV) n'a que 5 mois d'avance. Rappelons que ce régime a subi un tremblement de terre il y a deux ans, avec un rendement progressivement divisé par six. J'en avais abondamment parlé ici.
  • Nous sommes 151 786 cotisants pour 35 805 retraités. Je n'ose imaginer le montant de nos cotisations, si un jour ces deux chiffres se rejoignent.
  • Le fonctionnement de la caisse nous a coûté 13,4 millions d'euros.
  • Son patrimoine (1,9 milliard d'euros) est investi à 51 % dans des obligations, 34 % dans des actions et convertibles et 2 % en immobilier. Le reste est constitué de liquidités.
  • Last but not least, la réforme des retraites de 2010 nous concerne. Nous passerons donc à un âge légal de départ repoussé à 62 ans. La retraite à taux plein, quelle que soit la durée d'assurance, passe à 67 ans. M. Leblanc et tout le conseil d'administration de la CARPIMKO se sont joints aux protestations émises par l'opposition de gauche.

Au total, plus les choses évoluent, plus on est en droit de se demander à quoi rime le A de CARPIMKO. M. Leblanc lui-même déplore son manque d'autonomie. Les événements suivent leur cours, notre lent délitement aussi...