Venez discuter sur le FORUM ORTHOGESTION

lundi 24 juin 2013

CARPIMKO : du nouveau




Nous avons jusqu'à demain pour renvoyer notre bulletin de vote à la CARPIMKO. J'ai déjà eu l'occasion d'en parler récemment, en souriant des bulletins finalement très similaires des deux syndicats d'orthophonistes (dont l'un a tout de même plus de poids que l'autre).

Vous trouverez un PDF très intéressant de la FNI sur cette élection et les enjeux actuels autour de la CARPIMKO :
http://www.fni.fr/wp-content/uploads/2013/06/sp%C3%A9cial-CARPIMKO.pdf

Je vous recommande notamment les interviews de deux directeurs de la CARPIMKO : une ancienne, Françoise Devaud, et l'actuel, Pascal Leblanc, qui a démissionné du bureau de la CNAVPL (caisse de retraite de la plupart des professions libérales) dans les conditions que l'on sait. Il revient d'ailleurs sur cet épisode et sur l'éventualité de nous faire quitter la CNAVPL pour échapper aux compensations que nous versons aux autres professions. C'est malheureusement peu probable, parce qu'il faudrait un vote du Parlement. On aurait donc pu craindre que les auxiliaires médicaux restent les dindons de la farce de la réforme de leur régime de base.

Mais la FNO est aussi revenue hier sur les événements en cours :
http://www.fno.fr/actualites/elections-carpimko-votez-fno-avant-le-26-juin/

Outre l'appel au vote pour ses deux représentant-e-s ;-) elle nous apprend que la majorité des autres caisses de retraites membres de la CNAVPL a accepté la plupart des revendications de la CARPIMKO. Si c'est entériné jeudi, l'augmentation de la cotisation au régime de base sera moins douloureuse que prévu pour la plupart des auxiliaires médicaux.

Mais comme d'habitude avec la retraite, un train de réformes peut en cacher un autre. Dans le même texte, la FNO nous rappelle que les deux autres régimes de retraite sont maintenant dans le collimateur de la Cour des comptes. Il y a de quoi avoir le tournis : de réformes catastrophiques en augmentations démentielles des cotisations, ce système apporte sans cesse de l'eau au moulin des tenants de la retraite par capitalisation, qu'il voue pourtant aux gémonies au nom de grands principes. Vue de l'extérieur, son instabilité confine au ridicule.

vendredi 7 juin 2013

Les élections à la CARPIMKO


La FFMKR a construit un site dédié :
http://vote.carpimko.ffmkr.org/crbst_0.html

Très intéressant, d'autant que ça ne concerne pas que les kinés.

Vous avez probablement reçu le tract électoral de la FNO. Elle réclame des dépenses sans dire à qui elle prendra l'argent. Evidemment, elle termine en mettant en avant l'EQUITE et la SOLIDARITE (en majuscules), deux mots sans lesquels un programme électoral de 2013 ne serait rien, mais qui signifient immanquablement "Déshabiller Monsieur Classe-moyenne-supérieure pour habiller Monsieur Défavorisé". In fine, ce discours ambiant aboutit à ce que les milieux défavorisés soient systématiquement issus des classes moyennes supérieures, paradoxalement. La rancœur des médecins qui cherchent à s'affranchir de leurs caisses de sécurité sociale et de retraite n'y est sûrement pas étrangère.

Quant à la FOF, elle revendique l'abrogation du décret de 2008 qui avait sabordé le régime des praticiens conventionnés, sans oublier... un régime de retraite équitable et solidaire.

Nous devons donc choisir entre les majuscules et le gras. On peut aussi voter blanc, puisque dans les faits le choix n'existe pas.

lundi 3 juin 2013

Le congrès de la FNO



La FNO-seul-syndicat-représentatif-de-la-profession-d'orthophoniste (locution aussi invasive qu'une publicité pour Carglass), se prépare à tenir son 26ème congrès à Saint-Malo, de jeudi à samedi. Il ne s'agit pas d'un congrès scientifique, mais d'un congrès fédéral, dont vous trouverez le dossier de presse ici :

http://www.fno.fr/wp-content/uploads/2013/05/201306_dp_sm.pdf

"Du passé faisons table rase" : cet extrait de l'Internationale semble être le slogan de cet événement, concernant la partie focalisée sur la fédération elle-même. Sa présidente, Madame Denni-Krichel, va quitter ses fonctions après trois mandats. Elle n'est pas la seule : 2/3 des membres du bureau fédéral ne souhaitent pas continuer ! Reste à savoir si le tiers restant trouvera grâce aux yeux des congressistes. Le dossier de presse parle d'un bureau "profondément renouvelé". Reste à savoir si la nouveauté constituera un avantage ou un handicap. Les mois à venir seront probablement intéressants.

En tout cas, nous allons être privés de l'expérience de plusieurs membres chevronnés. Saluons les avancées majeures du dernier mandat : le master bien sûr, mais aussi +4% sur l'AMO, le reste de l'avenant n°13 (prévention, aides à l'installation dans les déserts orthophoniques), ou encore la participation des caisses au financement de nos retraites (ASV, voir mon post de juillet 2011).

Les débutants du nouveau bureau ne seront pas complètement libres de leurs agissements : un cadre lui sera imposé. Ce texte, qui établit les grandes lignes des trois ans à venir, s'appelle "le texte d'orientation". Après plusieurs mois de remaniements et de navettes entre Paris et les syndicats régionaux, il sera voté cette semaine au congrès. Chaque adhérent l'a reçu, pour être en mesure de le lire et de le voter ou non lors de l'assemblée générale de son syndicat régional.

D'emblée, la version actuelle du texte donne le ton : s'il est voté, la FNO cherchera à utiliser le fait que nos jeunes collègues accèdent au master (pas nous pour l'instant) pour augmenter l'autonomie de la profession. Le mot "autonomie" est utilisé 8 fois ; "auxiliaires médicaux" : 1 fois, et encore, en parlant des autres professions ; "médecin" ou "prescripteur" : 0. C'est probablement significatif. Page 11, le texte parle d'une "autonomie professionnelle responsable et assumée en matière de prévention, de diagnostic orthophonique, de pronostic, de traitement, d’expertise et d’éducation thérapeutique". Pour y parvenir, la FNO demandera "une modification de la rédaction de la loi 64-699 du 10 juillet 1964, réglementant la profession d’orthophoniste".

Ces termes restent suffisamment flous pour laisser une latitude de négociation au prochain bureau. Est-ce que les caisses et les médecins nous accorderont cette autonomie accrue, dans leur grande mansuétude ? Et quelle autonomie ? Suppression de la demande d'accord préalable ? Suppression du compte rendu de bilan ? Suppression de la prescription, carrément ? Apparemment, le master des jeunes (en p.24, la FNO vise même le doctorat) donne des ailes aux futurs dirigeants syndicaux. Des ailes d'A380, ou des ailes de cire ? Espérons qu'ils ne se transformeront pas en continuateurs d'Icare, parce qu'ils nous entraîneraient dans leur noyade.

Le texte déroule d'autres objectifs louables, comme "fédérer les orthophonistes autour de valeurs communes" ou "Accompagner l’évolution de la recherche en science clinique orthophonique en lien avec la pratique de la discipline et l’évolution de la clinique orthophonique". On ne peut qu'être d'accord avec ces objectifs louables. Il y manque tout de même "Eradiquer la faim dans le monde" ;-) Mais il est effectivement possible que le master permette à la recherche en orthophonie d'évoluer et que la FNO ait son mot à dire dans ce domaine. Le texte d'orientation contient aussi tout un passage sur la prévention, voie d'avenir depuis 50 ans.

Plus concrètement, le futur bureau cherchera à créer une "association francophone pour une représentation européenne et internationale des orthophonistes et logopèdes", parallèlement au CPLOL. "Il est nécessaire de travailler à l’harmonisation des formations et des pratiques au sein des pays francophones." Une harmonisation des cursus universitaires serait un progrès. Le numerus clausus français, par exemple, n'a plus aucune réalité concrète, quand tant de logopèdes français redécouvrent chaque année les attraits de la Mère-Patrie. Reste à voir si la nouvelle association fera entrer ce problème précis dans ses prérogatives.

Après ces huit paragraphes, je vois d'ici certains d'entre vous qui se rappellent le thème principal de ce blog et commencent à se demander si je vais finir par évoquer le nerf de la guerre. Malheureusement, l'AMO est cité une seule fois dans le texte d'orientation ! Dans une parenthèse, de surcroît... Rassurez-vous, "La FNO accompagnera la mise en œuvre d’autres modes de rémunération, en particulier dans le champ de la santé publique, lorsque ceux-ci ne viennent pas se substituer à la règle générale du paiement à l’acte." Donc le plus important (le tarif dudit paiement à l'acte) restera un sujet mineur, et réciproquement.

Terminons avec notre avenir à tous : la CARPIMKO. Dans ce domaine, le texte de la FNO revendique le maintien d'avantages sociaux comme la retraite à taux plein à 65 ans, malgré l'allongement de l'espérance de vie ; ou encore la réduction des pénalités pour ceux qui n'auront pas cotisé assez longtemps. D'autres prestations inédites seront revendiquées concernant le régime invalidé-décès. Comment financer tout ceci ? Mystère. Mais ce n'est pas grave, puisque ce sera "juste et équitable". Comme d'habitude, il suffira de puiser dans la poche de ceux qui travaillent beaucoup, puisqu'il est normal qu'ils se montrent solidaires envers ceux qui gagnent moins. On retrouve là une rhétorique et une terminologie politiquement connotées, qui ne sont pas sans rappeler le document d'orientation du 50ème congrès de la CGT. A la FNO comme dans les syndicats d'inspiration marxiste, un barbier rase gratis (version épicène chère aux influent-e-s FEMEN-e-s de la FNO : un-e esthéticien-ne épile gratis).


Souhaitons un franc succès à la nouvelle équipe, puique ce serait aussi le nôtre. Et bon congrès à tous ceux qui s'y rendront cette semaine.